L’histoire complète du Triathlon

Le terme « triathlon » qui donne son nom à la pratique sportive moderne — natation, vélo, course à pied — a également été utilisé pour d’autres enchaînements sportifs, notamment pendant la première moitié du xxe siècle. Jusqu’en 1974, date officielle de création de cette pratique sportive, divers événements mêlant trois sports ont pu être considérés comme des triathlons.

 

Les prémices

Aux États-Unis, la troisième olympiade des Jeux modernes qui se tient à Saint-Louis, dans le Missouri, en 1904, comprend une compétition d’athlétisme composée de trois sports. L’épreuve regroupe un saut en longueur, un lancer du poids et une course en sprint sur 100 yards (91,44 mètres). Elle est considérée comme un « triathlon » dans les almanachs de l’époque.

En France se déroulent au début du xxe siècle entre 1902 et 1935 les premières compétitions de « triathlon ». Sur les bords de la Marne, à Joinville-le-Pont, et initié par l’École Normale de Gymnastique et des Sports de Joinville, se dispute « les Trois Sports », nom de ces épreuves qui ont lieu les dimanches d’été où la natation est remplacée par le canotage en s’inscrivant dans la tradition des animations de bords de Marne de l’époque.

Le 19 juin 1921, une course de ce genre nouveau d’une longueur de 14 kilomètres comprenant de la course à pied, du vélo et de la natation est organisée par le journal L’Auto. Le 18 juin 1922, le journal L’Auto organise de nouveau à Villennes-sur-Seine une « course des trois sports » qualifiée d’originale par Le Petit Journal au lendemain de sa réalisation. Cette compétition propose également des épreuves à pied, à vélo et de natation.

En 1934, une course des trois sports organisée à La Rochelle propose un des moments les plus insolites de l’année, prémices du triathlon moderne : il s’agit de traverser le chenal à la nage, soit environ 200 mètres, de parcourir dix kilomètres à bicyclette, du port de la Rochelle au parc de Laleu, quartier situé plus au nord, et enfin d’effectuer trois tours de piste en courant, soit 1 200 mètres, sur le stade André-Barbeau.

Au début des années 1939 et 1940 apparaissent à Deauville et à Poissy des triathlons appelés « Course des Débrouillards » puis « Course des touche-à-tout ». Le manque d’ambition de ces événements, malgré la bonne humeur, entraîne la disparition de ces épreuves. Les années 1935 à 1945 voient également en France et en Suisse l’organisation d’un « triathlon scolaire » sous la forme d’un concours inter-scolaire d’athlétisme comprenant une épreuve de course à pied, une de saut et une de lancer.